lettre du printemps 2020

Pour vous abonner à la lettre, cliquez ici.
 Retrouvez-nous sur Facebook





Nançay 20 mars 2020, premier jour du printemps

Chers amis de la tapisserie,

Avant de commencer ma lettre de printemps je vous envoie ce très beau texte venu des profondeurs d’internet :

C’était en mars 2020.
Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.
Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.
C’était en mars 2020.

Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison ; les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait.
C’était en mars 2020.
Les gens ont été mis en confinement, pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni de repas, ni de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.
Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé. Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue ; ils chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, à être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs. Ils ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.
Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.


Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé. le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.
Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.


Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Sourions, rêvons et restons amoureux ...et brodons.
Vous avez très probablement des travaux de tapisserie délaissés ou peut-être des kits non ouverts.
Le moment est venu de remettre en chantier ces ouvrages.



. . . Côté pratique . . .


Pendant la période de confinement la boutique-école reste fermée mais vous pouvez contacter Monique qui télétravaille chez elle au 06 64 13 28 76 aux heures suivantes :

du mardi au vendredi de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00
et le samedi de 9h00 à 13h00.
(merci de bien vouloir respecter les horaires)





Nous allons tenter d’assurer les commandes. Le prochain envoi pourrait avoir lieu vers la fin de la semaine prochaine. Envoyez-nous un courriel en précisant bien les références, en indiquant
votre adresse postale et surtout votre numéro de téléphone.

Tous les cours, jusqu’au 15 avril, sont annulés.
Monique contactera personnellement chaque élève inscrite.






Je voudrais préparer une petite vidéo pour enseigner aux enfants le point gobelin et le point de Hongrie.
Si j’y parviens je mettrai le lien sur la page des infos pratiques. Regardez-la régulièrement.

Le coronavirus détruit aussi les entreprises. La suppression des cours et les problèmes de communication nous mettent en difficulté. Alors, si vous avez plus ou moins l’intention de nous passer une commande faites-le maintenant. Cela nous aidera. Nous essaierons de résister, mais tout dépendra de l’évolution de la situation. Je vais aller lundi à la boutique-école à Paris. J’essaierai d’en rapporter les fournitures nécessaires pour les commandes éventuellement reçues pendant le weekend. Merci de votre aide.
Le règlement des commandes ne peut être fait actuellement que par virement bancaire. Voici notre RIB

Respectons strictement les consignes de confinement et portez-vous bien. À bientôt je l’espère.
Nous attendrons impatiemment la première personne qui franchira à nouveau la porte de notre boutique-école.

Véronique de Luna